Epuisement / Burn out

LA VERITABLE QUESTION A SE POSER EN PREMIER LIEU :

S'agit-il d'un épuisement - Burn-out ou d'une dépression ?

 

Même si l'un peut engendrer l'autre, il est aujourd'hui cliniquement établi que le burn-out n'a rien à voir avec une dépression. La dépréssion peut avoir de multiples sources, contrairement au burn-out/l'épuisement. C'est la conséquence physiologique d'un excédant important d'hormones lié à un stress auquel la personne est exposée, qui par la suite - puis-ce que tout est lié - va influencer négativement son état psychique et émotionnel.

 

A l'heure actuelle, une partie importante des épuisements sont diagnostiqués comme étant une dépression et traités en conséquence, souvent à renfort de médicaments divers.

"Burn out" de l'anglais se traduit par "Cuit". Vu l'ampleur du problème, c'est devenu un terme générique qui désigne un état de  fatigue émotionnel, mental et physique caractérisé d’un manque de motivation et de performance après des mois, voire des années de surmenage et de de surenchère. C’est un cercle vicieux et destructeur.

L'EPUISEMENT - BURN OUT

Vous avez mis longtemps à reconnaître vos difficultés  malgré les alertes de votre entourage et ceci parfois jusqu’au déni

 

Vous avez des troubles de la mémoire immédiate, des manques du mot, des oublis

 

Vous avez du mal à vous concentrer même sur des tâches simples et éprouvez une fatigabilité

 

Vous avez du mal à hiérarchiser les taches et vous retrouvez souvent débordé par le travail

 

Vous êtes en lutte permanente contre les troubles de mémoire, la concentration, de l’organisation, que vous tentez de compenser en permanence

 

Vous êtes envahi par un désir  de perfection

 

Vous ressentez une souffrance aiguë en rapport avec le travail. Tout rappel, toute évocation, toute état vous remémorant une situation professionnelle vous sont insupportables

 

Vous travaillez de plus en plus longtemps, au détriment du reste de votre famille, de vos plaisirs, de votre vie propre

 

Vous supportez toute la charge de travail, avez du mal à déléguer vous aurez plus vite fait de le faire tout seul, jusqu’à penser que les autres en sont incapables, que leur montrer serait une perte de temps

 

Vous prenez plus de risques professionnels que d’habitude, vous vous engagez souvent courageusement. Vous ne supportez plus la dissimulation, l’hypocrisie du monde

 

Vous êtes dans les ruminations permanentes sur des problèmes professionnels  

 

Vous êtes dans l'hyperactivité psychique. Les pensées professionnels envahissent tout votre espace mental et parasitent toute autre forme d’activité mentale

 

Le temps vous paraît toujours trop court. Vos horaires pour manger, faire du sport, vivre, sont de plus en plus difficiles à respecter 

 

Vous êtes d’humeur instable et pouvez passer de la jubilation à une affliction profonde

 

Vous vivez de  grands changements émotionnels et une sensibilité parfois paradoxale aux sollicitations et  changements extérieurs

 

Votre entourage vous fait remarquer la modification de votre caractère et de votre personnalité. Au delà de la nature du changement c’est le changement lui-même qui est notable et tranche avec les modifications que l’on peut attribuer à la dépression.

 

Irritable, autoritaire, intolérant

 

Froid, désabusé, cynique

 

Exigeant, sentiment de surestimation de soi

 

Vous percevez le stress, les contraintes du travail, la perfection impossible  à obtenir, comme le seul facteur de votre souffrance

 

Vous vivez une insomnie d’endormissement comme l’impossibilité de décrocher de votre journée de travail que vous refaites sans cesse

 

Vous êtes affectés par des troubles physiques fonctionnels multiples, changeants, passant par les troubles digestifs ou articulaires aux maux de tête

 

Vous êtes tentés par les drogues les excitants et tout ce qui pourrait augmenter vos performances et vous risquez de tomber dans une addiction par le biais de l’automédication

 

Vous courez le risque de tentation suicidaire impulsive et imprévisible

 

LA DÉPRESSION

Reconnaît être souffrant, souvent dans la plainte

 

 

 

Troubles généralisés et douloureux de la mémoire

 

 

Absence permanente

 

 

Perte de repères et désintérêt

 

 

Démission et incapacité du ressentie est reconnu

 

Désinvestissement, laisser-aller, abandonnisme

 

Souffrance sourde permanente, touchant toutes les sphères de la vie

 

 

 

 

Évitement, fuite

 

 

Procrastination, délégation, oubli

 

 

 

 

Inhibition, frilosité, tout est une montagne

 

 

 

Questionnement existentiel et mortifère

 

 

Ralentissement psychique généralisé, difficultées à penser

 

 

 

Le temps est devenu interminable, vous êtes sans avenir

 

 

 

 

Dépression permanente profonde et  inaccessible

 

 

Perte de sentiments permanents et douloureux, anhédonie

 

 

 

Votre entourage vous fait remarquer la modification de votre caractère et de votre personnalité. Au delà de la nature du changement c’est le changement lui-même qui est notable et tranche avec les modifications que l’on peut attribuer à la dépression.

 

Suggestionnable, dépendant

 

Indifférent, absent

 

Mésestime, doute

 

Facteur multiple  de dépression, traumatique, hormonaux, héréditaire sensation de souffrance sans cause.

 

 

 

Insomnie de réveil puis totale

 

 

 

Pathologie fixée et permanente

 

 

 

Traitement  contre la souffrance et recours à la médecine

 

 

 

Tentative de suicide contre laquelle vous luttez depuis longtemps et qui survient dans un contexte dépressif visant à éliminer la souffrance

Ce diagnostic différentiel,

il est probable que personne ne le fera pour vous..

 

Ici sont retenu que les signes ou les différences les plus notables entre le BURN OUT et la DÉPRESSION.

 

Les reconnaître c'est éviter d’être enfermé dans une pathologie qui n'est pas la vôtre, mais surtout dans des traitements, qui risquent de pérenniser votre trouble : le Burn out / l'épuisement.


Les signes décrits concernent une pathologie constituée telle qu’elle parvient  au centre de la dépression chez des patients déjà en arrêt de travail et sous traitement.

Après avoir fait ce test de comparaison, il ne faut pas pour autant trop vous alarmer de la gravité des symptômes. Ils constitueront  a minima le moyen de détecter les prémisses du BURN OUT et  de mettre en place une véritable prévention et un changement comportemental.

 

L'épuisement est le plus grand fléau de ce début de siècle et a déjà pris une ampleur inquiétante.

 

Touchés sont particulièrement le corps médical et de soins, patrons de PME, managers, cadres et membres des troupes d'interventions spéciales de nos forces de l'ordre.  Ce sont des personnalités responsables, engagées, visant - dans un climat de stress aigu quasi permanent - un haut rendement et la perfection dans l'accomplissement de leur travail. Malheureusement au détriment de leur besoins vitaux.

 

Connaissant bien le sujet du surmenage dans la durée, m'engage dans la prévention et l'accompagnement des personnes à risque voire déjà atteintes par cette maladie. IIdéalement, en parallèle à un suivi psychologique, adapté à la personne et sa situation.

 

Il faut bien se le dire, seule la prévention diminuera la croissance de ce fléau aux conséquences graves, parfois irreversibles.

 

Cette maladie est souvent détectée tardivement (si elle n'est pas confondue avec la dépression), parce que la personne concernée veut "tenir bon" en espérant voir arriver de meilleurs jours.  Le temps passant,  le sentiment de honte puis de désespoir s'installe.  Au fur et à mesure que la situation se détériore, la personne en souffrance cherche à minimiser ou à cacher son malaise jusqu'au moment de la rupture.

 

Arrivé à ce stade, où on a nié d'avoir atteint ses propres limites, le corps crie stop depuis un moment déjà sans avoir été écouté. Bon nombre de "petits" maux se sont manifestés mais restés ignorés du mental.  La respiration est devenue superficielle, le dos et la nuque sont raides et douloureux - voire bloqués, la digestion n'est plus bonne, voir de multiples allergies commencent à surgir, une sensation d'oppression qui plombe la journée dès le lever et qui éloigne l'individu de sa vie personnelle et familiale, des troubles de la vue. Sans parler du blocage d'un voire plusieurs diaphragmes, de la stagnation de l'énergie vitale, de la perte de confiance en soi et en l'avenir.

 

Le travail corporel hawaïen pourra aider la personne à retrouver sa force et ses propres moyens, sa conscience physique, mais aussi - et c'est d'une importance capitale, drainer et évacuer les toxines accumulées dans les diverses couches de son être.

 

Guidé par la volonté sincère d'aller au fond de soi, autant à sa limite qu'à sa propre source, peut réellement constituer le déclencheur pour aller vers un changement véritable. Avant que l'état ne s'aggrave encore et qu'un retour "à la normale" soit très long, ou même, mis en question par la suite.

 

Les personnes surmenées depuis longtemps qui n'ont pas encore consulté un médecin pourront, je l'espère - si nécessaire, faire le premier pas dans l'acceptation de la réalité qui les frappe

Source : Centre de la dépression.org & éditorial Aloha Mai - Angela Meylan 2017

 

Se reconnecter à son corps

Ne serait-il pas bien plus salvateur de venir se    reconnecter à son corps avant d'en arriver à ce stade ?

© 2016 par Aloha Mai -  

Travail corporel hawaïen - Massage Lomilomi

Contact :

Angela Meylan

+41 21 731 22 20

Aloha Mai

Chemin des Noisetiers 1

CH - 1040 Villars-le-Terroir / Echallens (VD)